Une surprise inattendue...

March 7, 2019

Chat'lut tout le monde. Je me présente, je suis la petite dernière du Nid et je m'appelle Leia

Pour la petite histoire: je ne devais pas être baptisée ainsi car à mon arrivée ici, tous les humains ont cru que j'étais un garçon! Alors les premiers jours ils n'arrêtaient pas de me parler en me disant...Joe par-ci et Joe par-là...non mais franchement...j'ai pas une tête de fille?! 

Finalement c'est le docminou qui a fini par leur faire entendre raison et c'est depuis ce moment-là que je me nomme Leia. Je suis sûre que ça vous fait penser à Star Wars et compagnie...mais siiii! Vous savez, la princesse Leia?! Ben oui, celle qui joue un rôle super important dans le film. 

Bon, lorsque vous saurez d'où je viens, vous comprendrez que je suis loin d'être une "princesse" mais plutôt une petite Cosette comme dans les Misérables.

Je pense à présent que vous avez pu aisément deviner que je suis une vraie cinéphile.

C'est vrai, j'adore regarder ce petit écran sur lequel défilent des tas d'images avec des bruits de toutes sortes...c'est juste génial! Et puis, il faut dire que depuis que je suis ici, je n'ai pas grand-chose d'autre à faire car je suis isolée dans une caisse le temps d'être complètement guérie. 

Oh! Vous ne me dites rien alors que je mets la charrue avant les bœufs...vous ne savez même pas comment j'ai atterri ici...parfois je m'emmêle un peu les papattes, faut pas m'en vouloir. 

 

Je suis venue au monde alors qu'il faisait déjà bien froid, durant le début de l'hiver et à l'approche de ce que vous appelez Noël. On pourrait presque penser que je suis un petit "miracle" mais de mon point de vue c'était plutôt un vrai cauchemar. Pourquoi? Parce que je me suis retrouvée très vite seule au monde, sans maman ou même des frangins ou frangines pour me tenir compagnie...et chaud! 

J'ai été malheureusement très vite livrée à moi-même et je peux vous dire que quand on est tout petit, c'est pas rigolo du tout. 

Sans parler du froid, j'avais vraiment très faim, je souffrais vraiment de famine.

Au départ, j'avais peur de me rapprocher des habitations, mais je vous dis franchement: c'était ça ou mourir de faim et de froid! 

Alors j'ai pris mon courage à deux pattes et je me suis dirigée vers la maison qui me semblait la plus accueillante. Je me suis calée tout contre le rebord d'une fenêtre, histoire de faire comprendre que j'étais là et que je n'allais pas très fort. 

Dans cette maison habitait une dame qui me semblait déjà un peu âgée...mais bon, je ne m'y connais pas tant que ça en humains, donc je ne suis pas vraiment sûre de moi. 

En tout cas, cela a marché du premier coup car la dame m'a tout de suite donné de la nourriture et un truc blanc à boire qui ressemblait étrangement au lait de ma maman. 

Je ne vous raconte pas comment ça m'a fait un bien fou d'avaler ce bon repas! Mon ventre s'était enfin arrêté de grogner. Après ce délicieux mets, je me suis couchée dans une grange, non loin de la fenêtre (et donc de mon nouveau restaurant) et j'ai pu me reposer la peau du ventre bien tendue!

Le lendemain, la très gentille humaine m'a de nouveau nourrie et cela a duré quelques dodos...mais je ne sais pas si c'était ce que j'ai mangé ou bu ou si c'était ce froid glacial...je me suis sentie tout à coup pas super bien. Mon ventre s'est mis a faire des drôles de bruits et j'ai dû vite courir derrière un buisson pour faire...vous voyez ce que je veux dire...la grosse commission. 

Je vous épargne les détails, juste pour dire que je me suis retrouvée à devoir courir au petit coin toutes les deux secondes et ça ne voulait plus du tout s'arrêter! 

J'avais des crampes et puis des frissons...et ce froid n'arrangeait rien!!

La dame a bien vu que je n'étais pas au top de ma forme et elle a dû appeler quelqu'un qui est venu avec une grande cage. 

Ah! Parce que vous pensiez que j'allais me laisser approcher comme ça?! Non mais je ne suis pas folle! Ma maman m'a toujours dit que je devais me méfier des humains et que c'était pour ma propre sécurité...alors j'ai écouté ma maman parce que les mamans ça a toujours raison! 

Mais comme je me vidais sans arrêt, ben j'avais drôlement faim et quand j'ai vu cette bonne nourriture dans la cage, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller y jeter un petit coup d’œil...et pouf! J'étais piégée!! 

                               Z'avez vu dans mon regard...je ne suis pas rassurée du tout! 

 

Au départ ça a été la grosse panique à bord. Ne sachant pas ce qui allait m'arriver, vous vous doutez bien que j'étais complètement terrorisée. Impossible de sortir de cette maudite cage, elle éta