Vous êtes drôlement curieux!

July 30, 2019

Chat'lutations à tous! 

Mon petit nom est Bianca, c'est ainsi que l'on m'a "baptisée" lors de mon sauvetage...comment ça vous aimeriez savoir comment on est venu à mon secours?! Je vous trouve bien curieux dites donc!

Mais bon, même si je n'aime pas déballer ma vie privée sur les réseaux sociaux et que je suis vraiment très timide de nature...j'veux bien vous le dire à vous...parce qu'on commence à bien se connaître à présent et que...bien réfléchi...j'vous trouve sympathiques! 

 

                                                 Ch'est moi à mon arrivée au Nid! 

 

Certains bipèdes prétendent que nous, les chats, nous n'avons pas de mémoire...mais c'est quoi cette bêtise?! Ils ont été "chat" dans une vie antérieure pour pouvoir faire ce genre d'affirmation?! 

Parce que je peux vous dire que c'est vraiment du n'importe quoi! 

Je dirais que nous avons plutôt une mémoire dite "sélective" et aussi nous vivons au jour le jour sans trop regarder dans le passé...c'est peut-être pour cette raison que l'on dit ça de nous. 

Sachez que, comme n'importe quel être vivant, lorsque nous subissons des traumatismes, nous ne les oublions pas...loin de là! Cela reste même sacrément ancré en nous et fait que nous développons certains réflexes d'auto-protection que nous avons bien du mal à perdre par la suite. 

Cette petite entrée en matière vous permettra de mieux comprendre ce qui va suivre...

 

C'était il y a environ...attendez...laissez-moi compter sur mes griffes...un, deux, trois, quatre...oui, neuf ou même presque dix printemps de cela que je suis arrivée ici, au Nid. 

Je m'en souviens comme si c'était hier! Comment oublier le jour où ma vie a basculé!! 

Avant d'être ici, je vivais en ville, vous savez, c'est le contraire du Nid...là où il y a tout plein de maisons voire même des immeubles, puis aussi beaucoup de routes sur lesquelles roulent des engins extrêmement dangereux appelés "voitures" qui peuvent vous faire passer du monde des vivants au monde des morts en une seconde top chrono! 

Je sais de quoi je parle car certains de mes amis ont perdu la vie ainsi...

Dans ces "villes" il y a très peu d'herbe, d'arbres, de petits coins tranquilles...et surtout il y a beaucoup...mais beaucoup d'humains! 

Ici, au Nid, on voit passer de temps à autre quelques bipèdes par-ci par-là, mais je dirais qu'ils sont presque en voie de disparition contrairement au nombre qu'on peut croiser en ville. 

Moi j'avoue que je préfère ma tranquillité et oui, moins j'en vois, mieux j'me porte...mais vous comprendrez pourquoi d'ici peu. 

J'en étais où déjà?!...ah oui, je vivais (si on peut appeler ça "vivre") donc dans une ville et plus précisément dans un "quartier" (c'est un petit morceau de ville) où il y avait beaucoup d'immeubles et donc beaucoup d'humains. 

Nous étions une petite bande de chats qui vivions ou plutôt survivions dans la rue. Je n'ai d'ailleurs rien connu d'autre depuis ma naissance. Ma mère, qui n'est plus de ce monde...paix à son âme...m'avait appris très tôt que je devais me méfier des humains qui nous entourent. Lorsque je lui demandais pourquoi, elle me disait que c'étaient des êtres très méchants qui voulaient notre mort. 

En grandissant j'ai très vite compris pourquoi ma mère et les autres chats de notre groupe pensaient ainsi...car régulièrement nous étions témoins de drames terribles! 

Je ne rentrerai pas dans les détails mais dites-vous que les bipèdes qui vivaient là-bas avaient beaucoup d'imagination pour ce qui était de maltraiter ou bien même de supprimer des minous comme moi. 

 

Certains de mes amis sont morts brûlés vivants ou encore mordus à mort par des toutous que les bipèdes lâchaient sur nous. Comme il n'y avait pas d'arbres ou très peu, il était souvent impossible de leur échapper...c'était la mort assurée. 

Puis il y avait ceux qui vous jetaient des tas de choses en vous hurlant dessus. Moi-même j'ai déjà reçu des jets de pierres ou encore des bouteilles en verre...tout ce que ces monstres pouvaient saisir, tout était bon à nous jeter dessus! 

Lorsque le temps nous le permettait, on restait (toujours en groupe, c'était plus prudent) à l'extérieur et on se trouvait des petits coins dans les buissons ou sous les balcons...mais lorsqu'il faisait très froid, on n'avait malheureusement pas d'autre choix que de se mettre à l'abri dans les caves et les garages...des endroits sombres et pas bien fréquentés du tout. 

J'y allais toujours à reculons car j'avais déjà été témoin de terribles choses dans ces lieux lugubres! 

Certains de mes amis y avaient perdu la vie...de manière horrible...rien que d'y repenser, j'en ai la chair de poule. 

 

Nous n'étions plus que quelques chats lorsque, un jour, des humains sont venus à notre secours. 

Au départ on ne savait pas que c'était pour nous aider...alors lorsqu'ils ont commencé à nous attraper les uns après les autres...on a tous eu la peur de notre vie!! 

J'vous jure, j'ai bien cru que c'en était fini pour nous et que j'allais rejoindre ma mère au paradis des chats! 

On a tous été emmenés dans des endroits différents...mais heureusement j'ai pu rester avec l'un de nos anciens...que nous nommions "Papy". 

Tous les deux nous avons tout d'abord atterri dans un endroit très bizarre où on nous a auscultés sous toutes les coutures. A présent je peux vous le dire, car je m'y connais un peu, c'était en fait une clinique pour les minous. Vous savez, lorsque vous n'avez pas trop la forme ou que vous êtes blessés, on vous emmène là-bas. 

Je disais donc que là-bas on s'était occupé de nous pour que, d'un point de vue médical, on soit mieux. Comme j'étais encore jeune, j'étais plutôt en bonne forme, quoique un peu amaigrie et parasitée mais je n'avais pas contracté de maladie ou de blessures. 

Quant à Papy, lui qui vivait dans ces terribles conditions depuis très longtemps, il n'était pas en bonne forme du tout et était très malade à cause du sida des chats...une grave maladie qui peut vous faire mourir. 

Une fois la révision faite, on nous a donc emmenés dans un autre endroit qui, depuis, est devenu mon lieu de vie...le Nid. 

 

A l'époque, il n'y avait pas encore tout le confort que vous connaissez...non, non...on y était déjà très bien, certes, mais nous n'avions pas encore les petites maisons en bois que nous avons à présent. 

Avec Papy, que je ne quittais pas d'une patte, on s'était installés sous un abri, non loin du lieu où notre nouvelle protectrice nous donnait à manger. 

On n'était d'ailleurs pas seuls, il y avait déjà tout plein d'autres minous qui, comme nous, venaient de plein d'endroits différents et qui avaient trouvé refuge ici. 

 

                                       Ch'est ma petite bouille après mon arrivée au Nid! 

             Chat ch'est mon Papy d'amour! On voit bien que la vie n'a pas été facile pour lui!

 

Papy avait très vite compris qu'on ne craignait plus rien au Nid et il avait même réussi à surmonter sa peur des humains en sympathisant avec certains d'entre eux ici. 

De mon côté il était hors de question de m'approcher d'une quelconque façon ou de me laisser approcher par ces bipèdes!! 

Même après que Papy m'a expliqué que les humains étaient très gentils ici et que je n'avais plus à en avoir peur...c'était juste plus fort que moi.

Non mais vous vous êtes vus un peu??! Vous êtes carrément des géants à côté de nous! Comment ne pas avoir peur de vous?! Et tous ces gestes amples et grands que vous faites...brrrr...ça me fait toujours froid dans le dos rien que d'y penser! 

Les premiers temps il était clairement pas question que je fasse des efforts et puis la présence de Papy à mes côtés me suffisait pour me sentir bien. 

 

Il faut dire aussi qu'au Nid j'ai découvert...le calme! Et j'peux vous dire que c'est ce qu'il y a de mieux sur terre. Cette quiétude...un rêve! Plus de menaces, de blessures, de morts...seulement la vie en pleine nature et le tout entouré de chics amis qui nous ont tout de suite super bien accueillis!