Le meilleur pour la fin...

September 30, 2019

Coucou les amis! Pour ce tout dernier jour de septembre, c'est à mon tour de présenter le portrait du mois...c'est pas la classe?! Comme on dit si bien: le meilleur pour la fin! 

Alors si vous ne me connaissez pas, ce qui m'étonnerait fort ou alors vous habitez sur la lune peut-être? Je m'appelle Barry et je vis au Nid depuis maintenant dix printemps...oui, oui, cela fait déjà un sacré moment. 

                                                                   Cha ch'est moi! 

 

Commençons par le commencement: pour tout vous dire, je suis arrivé au Nid avec ma maman, Floconnette, ainsi que mes cinq autres frères et soeurs. On était tous tout blancs...ma maman incluse, sauf mon frère Stevie, qui lui, était roux...va savoir, il tenait peut-être de notre papa? 

Ma maman avait eu la vie difficile dans la rue et ce qu'on n'a pas su tout de suite, c'est que pendant sa gestation, elle a été très malade. Elle a contracté le typhus, une terrible maladie qui peut être mortelle pour nous les chats. Ma maman a eu beaucoup de chance, elle a réussi à s'en sortir, toute seule, et a mené à terme sa grossesse. 

C'est à ce moment-là que nous avons été accueillis au Nid. 

Au départ, ma maman Floconnette avait été installée avec nous tous dans une grande cage car elle ne faisait pas du tout confiance aux humains...ces bipèdes qui avaient toujours été une menace pour elle. Elle s'occupait très bien de nous tous, je crois qu'on appelle ça l'instinct maternel...ben ma môman avait un super instinct maternel!! 

Mais voilà, au bout de quelques semaines, trois pour être exact, l'un de nos frères est soudainement décédé...comme ça, sans crier gare...ça nous a foutu un sacré coup parce qu'on était très proches tous les six. Maman, elle, ne semblait pas spécialement surprise et j'avais l'impression qu'elle avait un peu changé. Elle s'occupait beaucoup de mes trois soeurs...et beaucoup moins de mon frangin Stevie et moi. 

                                               Cha ch'est ma môman Floconnette

 

Au départ je me suis pas trop posé de questions, je me suis dit que c'était peut-être normal et qu'elle était tout simplement plus proche de mes frangines que de nous.

Mais au bout de quelques jours, elle a commencé à nous repousser violemment lorsqu'on voulait boire de son bon lait maternel. 

Stevie était de plus en plus bizarre, il commençait à trembler de la tête, sans pouvoir se contrôler...c'est vrai qu'au début c'était rigolo...on aurait dit qu'il avait trop bu...mais au bout d'un certain temps j'ai commencé à flipper...notamment parce que moi j'ai déclenché les mêmes symptômes! 

Oh punaise!! J'vous raconte pas comme j'ai eu peur. C'était très déstabilisant de ne pas pouvoir contrôler ses faits et gestes et avec Stevie on s'affaiblissait de plus en plus. 

 

Heureusement l'un des bipèdes, qui est devenu notre protectrice, s'en est rendu compte tout de suite. Elle voyait bien que Stevie n'arrivait plus du tout à tenir sur ses petites cannes et que moi j'avais bien du mal. 

Elle n'a pas mis longtemps avant de nous conduire chez le docminou. C'est là-bas que nous avons appris que nous étions atteints d'une pathologie nommée ataxie cérébelleuse. 

Certains d'entre vous vont sûrement se dire...mais quézako?! 

J'ai fait quelques petites recherches sur internet...Mais?! Ne regardez pas comme ça...oui, je suis un chat hyper connecté!

 

                                        Mon frère Stevie et moi quand on était tout petits!

 

Voici ce que j'ai trouvé:

L'ataxie cérébelleuse est une pathologie neuromusculaire qui consiste en un manque de coordination fine des mouvements volontaires. Elle n'est pas liée à une déficience physique des muscles mais plutôt à une atteinte du système nerveux. 

L'ataxie cérébelleuse a son siège dans le cervelet comme par exemple dans l'hypoplasie cérébelleuse du chaton. Elle est congénitale ou le plus souvent d'origine virale (typhus). Elle n'est pas génétique. 

 

Le typhus sur chatte gestante peut provoquer ces lésions cérébrales chez le chaton. 

 

Les symptômes de l'ataxie se manifestent principalement par des troubles de la marche, de l'équilibre, de la station debout et du guidage des mouvements par la vue.

Le chaton a du mal à trouver son équilibre en se levant et l'amplitude des mouvements est exagérée pouvant même entraîner des chutes.

 

L'ataxie ne se soigne malheureusement pas et est irrémédiable. 

 

Voilà, vous savez tout! C'est moche hein?! 

Ben pas tant que ça en fait...car comme nous étions très petits, nous avons vite pris l'habitude de faire avec notre handicap. 

J'avais également une de mes soeurs qui était légèrement atteinte, mais elle est partie dans une famille d'accueil...je l'ai retrouvée quelques années plus tard mais malheureusement il était trop tard pour elle, son état s'était drôlement dégradé et elle est décédée peu de temps après avoir retrouvé le Nid. 

 

Quant à mes deux autres soeurettes, elles ont eu de la chance, elles n'ont pas contracté cette pathologie et ont rapidement trouvé des bonnes familles d'adoption. 

 

Il faut savoir que dès que nous avons appris que nous étions malades, il a fallu que nous quittions notre maman car son lait n'était pas bon pour notre santé. 

C'est alors l'humaine que j'ai déjà citée ci-dessus qui a repris le rôle de notre maman et je dois bien avouer qu'elle s'est super bien débrouillée! 

Moi qui ne connaissais pas les humains, j'ai découvert en elle une vraie maman de substitution...et au jour d'aujourd'hui, je dois bien l'avouer que malgré l'amour que j'ai pour ma vraie mère biologique, cette humaine, ben, je la considère comme ma maman. 

A savoir qu'avec mon frère Stevie nous ne l'avons jamais quittée. Comme nous étions les deux chatons les plus touchés, nous sommes restés auprès de notre "maman humaine" et au sein du Nid.

 

                                           Stevie dans les bras de notre maman humaine

 

Mon frère Stevie a eu beaucoup plus de difficultés que moi, il est resté couché jusqu'à ce qu'on lui coupe les coucougnettes...après ça, il a pu se lever pour la première fois sur ses quatre pattes et avec un peu de difficulté. Pourquoi après la castration vous vous demandez? Ben j'en sais trop rien en fait.

Quant à moi, j'ai toujours été le plus dégourdi des deux. Les humains disent d'ailleurs souvent de moi que je suis un vrai cascadeur! 

Je ne saurais vous dire combien de fois je suis tombé dans ma vie...j'ai pas assez de griffes pour les compter! Seule preuve de mes nombreuses mésaventures: le nombre de quenottes cassées que j'ai dans la bouche.