Appelez-moi Coquillette!

January 9, 2020

Chat'lut les humains!

J'ai enfin trouvé le courage et le temps pour prendre ma plume et me présenter. 

Je ne vous cache pas que cela fait déjà quelques mois que je suis arrivée au Nid, mais si vous saviez...la fin d'année ça a été franchement la course pour nous tous! 

Puis pour être complètement honnête avec vous, je suis un peu timide de nature et je n'osais tout simplement pas. 

 

A présent je me sens prête à vous dévoiler un peu ma vie et vous raconter pourquoi et comment je me suis retrouvée ici cet été. 

 

Suis-je impolie, excusez-moi, je ne me suis même pas présentée: je m'appelle Occitane, mais ici tout le monde me surnomme "Coquillette"...pourquoi?! Je ne sais pas vraiment...je ne ressemble pourtant pas à une coquillette! 

Parfois il ne faut pas trop chercher, les bipèdes peuvent être un peu étranges. 

Cela dit, même s'ils ont de drôles de moeurs, ils sont très chouettes et sympathiques avec nous.

Cela me change de ce que j'ai vécu dans le passé, je peux vous le dire!

 

                                   Chat ch'est moi! Alors? Je ressemble à une coquillette?

 

Par où puis-je bien commencer?...Je suis née dans la rue, ma mère était, elle aussi, ce qu'on appelle un "chat libre", c'est-à-dire un chat qui n'a ni domicile fixe, ni humain qui prend soin de lui. 

J'ai grandi dans un quartier où, il faut bien l'avouer, les chats n'étaient franchement pas appréciés!

Certains bipèdes malveillants n'hésitaient pas à nous en faire voir de toutes les couleurs et j'ai d'ailleurs perdu certains de mes amis dans de très mystérieuses circonstances. 

 

Ma mère m'avait heureusement appris à toujours me méfier des humains, de ne jamais leur offrir la moindre confiance et c'est sûrement grâce à ses bons conseils que j'ai réussi à survivre jusqu'ici. 

 

Et pourtant, il y a bien des exceptions...oui, oui...car il y avait bien une humaine qui n'était clairement pas comme les autres. 

Elle venait en cachette nous donner à manger et nous parler d'une voix douce, histoire de nous réconforter un peu. 

Je voyais bien qu'elle ne nous voulait aucun mal et que, bien au contraire, elle était très peinée de nous savoir dans cette situation. 

 

Puis est venu le printemps 2019, cela faisait quelques semaines que je me sentais un peu patraque. 

J'avais l'impression d'être toute ballonnée et j'avais tout le temps faim. Au début j'ai cru que j'avais chopé des vers...parce que je connais bien ces petites bestioles qui se logent dans votre intestin et qui grignotent tout au passage! 

J'ai bien tenté de me purger en mangeant ici et là quelques brins d'herbe...mais rien n'y faisait. 

 

Un jour de printemps très ensoleillé...un matin...j'ai ressenti une douleur terrible dans le ventre. J'ai bien cru que mon heure était arrivée, que j'avais mangé un truc empoisonné ou je ne sais quoi d'autre. 

C'est seulement lorsque je me suis mise à pousser très fort (vive l'instinct maternel), que j'ai su que j'étais en train d'accoucher de mes premiers chatons! 

J'ai eu comme un sentiment de joie et de panique en même temps. Heureuse d'être mère...mais est-ce que je souhaitais vraiment mettre au monde des petits dans une société pareille?! 

Comment allais-je faire pour m'en sortir?? Les nourrir et les protéger de tous les dangers de la rue?

 

En même temps, j'ai envie de vous dire que je n'avais pas bien le choix! Les petits étaient là...aveugles et innocents...et ils avaient besoin de moi, leur mère. 

Heureusement, pour une première mise bas, tout s'est très bien passé pour moi et pour mes deux petits loupiots. 

Dès qu'ils ont pointé le bout de leur truffe, je les aimais déjà! 

On peut dire que les premières semaines étaient les plus stressantes car je ne pouvais pas trop les laisser seuls sans surveillance. 

Je peux vous dire que la vie d'une minette célibataire et mère de deux chatons, ce n'est pas simple ni de tout repos! 

Je ne souhaite ça à personne! 

 

J'ai eu la chance de garder mes petits en vie, ils ont bien grandi et sont devenus de grands et beaux chatons. 

Dès leur plus jeune âge je leur ai bien fait comprendre que les humains n'étaient pas nos amis...à l'exception de celle qui nous donnait à manger. 

Ce sont de bons p'tits gars, ils m'ont toujours bien écoutée et font vraiment la fierté de leur maman! 

Ce qui m'inquiétait le plus, c'était de voir à quel point ils étaient curieux de tout...ce qui, inévitablement, les mettait parfois en danger. 

 

Tous les soirs je priais pour que rien ne leur arrive, qu'ils puissent vivre longtemps et en bonne santé. 

Je ne sais pas si ce sont mes prières qui ont été entendues...ou si c'est juste une bonne étoile qui s'est gentiment penchée sur nous...mais un jour, la gentille bipède qui s'occupait de nous est venue pour nous sauver. Je dis bien "sauver" car je suis consciente que là où nous étions, nous n'étions clairement pas en sécurité. 

Cela n'a pas été une mince affaire pour elle de nous attraper...mes deux p'tits loupiots étaient d'ailleurs complètement affolés! Ils miaulaient très fort et je n'avais pas la possibilité de les rassurer...ça me déchirait le coeur de les entendre ainsi. 

 

Si j'avais su dès le départ où cette humaine allait nous emmener, j'aurais pu les rassurer tout de suite, mais moi-même je ne savais pas où nous allions. 

 

Après un voyage dans un engin à roues...nous avons été séparés, mes garçons et moi. 

Je me suis retrouvée chez le docminou et eux...je ne savais pas. 

Je dois bien avouer que ça a été les pires heures de ma vie. Je pensais ne jamais les revoir! 

 

J'ai fait un dodo chez le doc et après ça je me suis retrouvée de nouveau dans l'engin à roues. 

C'est là que j'ai découvert ma destination finale...le lieu qui allait devenir mon nouveau foyer: le Nid. 

Cet endroit était si paisible, un vrai havre de paix, pas de bruits effrayants ni de rues dangereuses. 

J'aurais dû être la minette la plus heureuse...mais je n'arrivais pas à oublier mes deux chatons.

Où étaient-ils? Leur avait-on fait du mal? 

 

Après quelques jours enfermée dans une maisonnette en bois, très confortable et où je pouvais manger à ma faim...j'ai pu enfin découvrir les humains et les autres habitants du Nid. 

Il y en a tout plein: des minous et minettes qui, comme moi, ont trouvé refuge ici...mais aussi plein d'autres animaux! 

Tous ont été très gentils et accueillants avec moi...j'aurais dû me sentir chanceuse d'être ici, mais au fond de moi, j'avais cette tristesse qui ne me quittait pas. 

 

                         Chat ch'est moi à mon arrivée au Nid...ch'est chouette la nature!