Endormie...à tout jamais

Chers amis du Nid,

Nous terminons ce mois de mai comme nous l'avions commencé: dans la peine et la douleur d'avoir perdu un être cher, un membre de notre grande "famille".

Le Nid a perdu l'un de ses plus vieux pensionnaires: le belle Carbone.

Cette jolie et gentille minette était née errante. Elle était l'image même du chat "libre"!

Pendant des années elle avait été nourri dans la rue par une personne au grand coeur mais lorsque son quartier est devenu trop dangereux pour elle et qu'elle n'avait même plus un buisson pour se mettre à l'abri, sa protectrice a préféré nous la confier afin qu'elle soit dans un lieu où Carbone pourrait profiter de la vie tout en préservant sa liberté.

Cette "liberté" était vitale pour ce beau chat. Elle n'avait jamais eu le moindre désir de vouloir créer des liens avec les humains.

C'était une minette très indépendante et douce. Elle appréciait beaucoup la compagnie de ses congénères et notamment celle de son amie Bérénice avec laquelle elle avait lié des liens profonds.

Après le décès de Bérénice, Carbone est resté un moment loin des autres, comme pour se recueillir et prendre le temps de faire son deuil.

Carbone était un chat qui aimait la vie simple et son credo était: vivre au jour le jour...avec tous ces petits plaisirs et ses petits conforts: comme dormir des heures durant dans une corbeille bien douillette ou avoir toujours une gamelle de croquettes à sa disposition lorsqu'une petite faim se faisait ressentir.

Mais ce qu'elle aimait par-dessus tout...c'était de profiter de la nature qui l'entourait.

Elle passait ses journées à se dorer la pilule au soleil et trouvait les meilleurs endroits pour le faire!

On peut dire qu'elle adorait les plaisirs simples de la vie!

Elle avait une santé de fer et nous n'avons jamais eu besoin de la faire soigner.

Cependant, en vieillissant, mademoiselle était devenue un peu dur de la feuille...ce qui ne l'empêchait pas de continuer à profiter de sa vie au Nid.

Depuis un certain temps, Carbone nous semblait plus fatiguée et on avait pu remarquer que les années pesaient sur elle...

Puis l'autre jour, elle s'est endormie...endormie à tout jamais.

Elle s'est paisiblement assoupie durant son sommeil et son coeur a cessé de battre. Elle n'a pas souffert et a eu la plus "douce" mort que l'on puisse souhaiter pour un être cher.

Elle avait fêté ses 18 ans au mois de mars.

Nous sommes très peinés...nous sommes tristes de la savoir partie à tout jamais...tristes de savoir que nous ne pourrons plus jamais l'apercevoir ici et là dans les herbes hautes où elle aimait tant se prélasser...tout simplement tristes de l'avoir perdu...

Carbone nous a prouvé qu'un chat pouvait être heureux et profiter de la vie sans pour autant créer de lien avec les humains qui l'entoure.

Elle nous a également prouvé qu'il ne faut pas grand chose dans la vie pour être heureux...et qu'il faut profiter de chaque instant présent!

Nous ne regrettons pas de lui avoir ouvert notre porte il y a maintenant de nombreuses années.

Nous ne regrettons pas d'avoir pu partager ce bout de chemin avec elle.

Notre seul regret? C'est toujours le même lorsque nous perdons l'un de nos petits pensionnaires: celui de ne plus les avoir à nos côtés.

Nous espérons que Carbone aura aimé la vie qu'elle a eu chez nous au Nid.

Nous espérons que là où elle est...elle est en paix.

Comme à notre habitude, nous souhaitons lui rendre hommage avec un joli poème.

Un poème qui, lorsque nous aurons la chance de l'entendre ou de le lire, nous fera toujours penser à elle.

Amis de la science et de la volupté

Les amoureux fervents et les savants austères

Aiment également, dans leur mûre saison,

Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,

Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,

Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres;

L'Erèbe les eût pris pour des coursiers funèbres,

S'ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes

Des grands sphinx allongés au fond des solitudes;

Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin;

Leurs reins féconds sont pleins d'étincelles magiques,

Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,

Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Les Chats, 1857

La douce Carbone

Elle a à présent rejoint son amie Bérénice...

Nous ne l'oublierons jamais...

L'équipe Nid'Accueil

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Association à but non lucratif régie par la loi 1901